Une génération d'entrepreneur

Monthly archive

novembre 2018

Création d’entreprise : « très bon élève », le Togo figure dans le top 15 Africain, selon le Doing Business

dans Non classé par

(Togo First) – Il est plus facile de créer son entreprise au Togo qu’au Ghana, Burkina, Afrique du Sud, Kenya, Ethiopie, Gabon, Angola, ou même aux Seychelles.

Selon le Doing Business 2019, le Togo arrive 11e dans le classement des pays africains où il est le plus aisé de créer une entreprise. Le pays a réalisé des progrès remarquables, devançant même la majorité des pays de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), ayant un revenu nettement plus élevé. En effet, sur le nombre de procédures et le délai nécessaire à la formalisation, le Togo est bien au-dessus de la moyenne subsaharienne et des 36 pays de l’OCDE.

Alors que le Doing Business retient 4 procédures en 5,5 jours pour le pays ouest-africain, les auteurs du rapport estiment que, pour rendre une entreprise formelle, il faut en moyenne 7,3 procédures et plus de 23 jours en Afrique subsaharienne, et 4,9 procédures pour 9,3 jours dans l’OCDE.

Dans l’espace Uemoa, le Togo globalement premier réformateur pour cette édition, complète le trio de tête, composé de la Côte d’Ivoire et du Bénin.

Fiacre E. Kakpo

Source

Niger : une centrale électrique solaire bientôt construite à Niamey

dans A la une/Opportunités par

Une centrale électrique solaire sera mise en service en 2021 à Niamey, qui connaît des pannes chroniques d’approvisionnement, selon la télévision nigérienne et l’Agence française de développement (AFD).

Cette centrale sera financée par l’AFD et l’Union européenne (UE), pour un montant total de 18,7 milliards de francs CFA (28,5 millions d’euros), de mêmes sources.

La convention de financement de la centrale a été signée le 31 octobre à Niamey par le ministre nigérien des Finances, Hassoumi Massaoudou, et Marcel Escure, ambassadeur de France au Niger,selon la télévision. La future centrale photovoltaïque, d’une puissance de 20 mégawatts, sera construite près de la capitale, et devrait entrer en service en 2021, selon l’AFD. L’entreprise retenue pour les travaux n’a pas été précisée.

Sa réalisation « viendra renforcer l’offre en l’énergie à Niamey », a salué Alassane Halid, le directeur de la Société nigérienne d’électricité (Nigelec) qui importe depuis plusieurs décennies l’essentiel de son électricité du Nigeria voisin.

En cas de perturbations au Nigeria, Niamey, ville de plus d’un million d’habitants, subit des coupures répétées pouvant durer des journées entières. Au Niger, le taux d’électrification n’est que de 12 % actuellement d’après la Nigelec, qui veut le porter à 25 % à l’horizon 2021 grâce à d’importants investissements.

Cofinancement UE-AFD pour une centrale hybride

Par ailleurs, l’UE et l’AFD ont annoncé un cofinancement pour la construction d’une autre centrale électrique hybride (thermique-photovoltaïque) d’un coût de 32 millions d’euros à Agadez, la grande ville du nord du Niger constamment plongée dans le noir.

La centrale d’une capacité de production de 21 mégawatts doit satisfaire en électricité la ville d’Agadez et ses 145 000 habitants dont les besoins sont estimés à 8 mégawatts, selon l’UE.

Sa construction permettra à Agadez, classée au patrimoine mondial de l’Unesco, de revivre un essor économique et social, après le déclin du tourisme dû aux attaques jihadistes dans le Sahel, et récemment la chute du flux de migrants, pourvoyeurs de fonds, en route vers l’Europe.

Source

Aller en haut