La plateforme de commerce électronique «Ecom@Africa» bientôt opérationnelle

dans A la une/Opportunités par

La plateforme de commerce électronique à l’échelle continentale «Ecom@Africa» visant à élargir l’horizon des entreprises africaines, verra bientôt le jour grâce au concours de l’Agence spécialisée des Nations unies pour le secteur postal.

Le directeur général de l’Union postale universelle (UPU), Bishar Hussein, a fait savoir lors du forum régional de télécommunication tenu récemment à Nairobi au Kenya, que la plateforme baptisée Ecom@Africa débloquerait le potentiel des entreprises africaines à l’échelle mondiale.

«Nous avons noté que l’Afrique traîne derrière dans la facilitation du commerce électronique dans le monde entier. Ainsi, la plate-forme offrira une opportunité au continent de rejoindre le reste du monde dans le commerce à forte croissance», a affirmé Hussein en marge de la 36ème session ordinaire du Conseil d’administration de l’Union postale panafricaine.

La plateforme Ecom@Africa« placera la poste comme une infrastructure logique pivot et un véhicule important pour l’inclusion sociale, économique, financière et numérique», a souligné Hussein, affirmant que le commerce électronique est l’avenir du commerce et des affaires mondiales et un chemin sûr pour la poste africaine de devenir une infrastructure nationale critique.

L’objectif principal de Ecom@Africa est de promouvoir les petites et moyennes entreprises (PME) au niveau local et international, bien que la plateforme soit utilisée par toutes les entreprises.

Dans ce cadre, L’UPU a développé une méthodologie standard et des règles d’engagement avec les gouvernements qui tiennent compte des environnements politiques, juridiques et réglementaires de chaque pays.

L’UPU a déjà identifié plusieurs pays comme centres clés pour lancer ce nouveau concept dans l’intention de les interconnecter éventuellement pour créer une zone de marché électronique au niveau continental. Les pays identifiés sont le Maroc, Kenya, l’Afrique du Sud, le Cameroun, la Côte d’Ivoire et la Tunisie.

Source

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*